Accueil Forums Carnets D’aventures La visite à Confluensis

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #4083
    Stephano
    Participant

    22 septembre 1032
    Départ pour Confluensis.

    Avec mes hommes nous escortons trois mages de Fons Luminis, Alastaïr, Aliénor et Arana, qui se rendent à Confluensis.
    Les deux chariots tirés par des boeufs empruntent la route en direction du nord, je ferme la marche à cheval. Le temps maussade n’empêche pas Alastaïr d’apercevoir Mawredd , le grand cerf blanc nous observer au loin, espérons que ce soit un bon présage.

    Après avoir traversé Cadomo (Caen), le convoi arrive à Baiocas (Bayeux), ville étape pour la troupe. Alastaïr nous guide à la Serpe d’or, auberge où les mages savent pouvoir y faire halte sans encombre. L’aubergiste nous propose le grenier, comme il le fait habituellement avec les mages de passage. Pour ma part, je rejoins mes hommes à l’écurie pour veiller aux affaires dans les chariots, quelques livres, des robes et une tête de mage délicatement séparée de son corps par l’habile Abu.

    Nous repartons au matin après un copieux déjeuner, la pluie tombe toujours, seule dame Arana semble épargnée par cette humidité continuelle.
    J’observe quelques malandrins qui s’intéressent à notre caravane, mais celle-ci étant bien gardée, ils abandonnent rapidement.

    Nous traversons Esigny (Isigny-sur-mer), ici commence un marais qui ajoute sa part à l’humidité ambiante. En fin d’après-midi nous voici enfin à Popaville (Saint-Marie-du-Mont), petit hameaux de pêcheurs où nous trouvons le passeur à l’embarcadère. Après avoir inspecté le sceau de chaque mage, celui-ci nous demande de revenir demain à l’aube lorsque la marée sera haute afin d’amener les mages à Confluensis. Nous passons la nuit à l’écurie.

    Au petit matin, de retour à l’embarcadère, la pluie a cessé et la lumière illumine la baie. Le passeur fait embarquer les mages puis mène sa barque sur les flots vers un inquiétant brouillard à l’issue duquel un étrange village se révèle. Deux gigantesques fleurs de granit, une droséra et une fleur cloche, soutiennent les magnifiques bâtiments du village.

    Les mages sont accueillis par Jérôme de Jerbiton, Interpretes de Confluensis et Aristarcus, parens de Alastaïr et Procurator de Confluensis. Après un accueil aimable et chaleureux, les mages sont invités à visiter la droséra où vit la turbula. Ils y découvrent une kyrielle d’activités utiles à la vie de l’alliance : cultures, moulins, brasserie, forge, papeterie, verrerie, tannerie… La droséra est reliée à la fleur cloche où résident les mages par un long et fin pont de granit.

    Durant la visite, Alastaïr et son parens s’entretiennent discrètement en privé, le moment du compte-rendu n’aura pas tardé.

    C’est après cette visite que nous retrouvons les mages, notre traversée et notre accueil furent moins chaleureux mais malgré tout cordial. Nous installons les affaires des mages dans les trois maisons qui leur sont dédiées le temps de leur séjour.

    Le soir, un diner est donné en leur honneur, une belle réception dans le grand hall où nos trois mages entament une discussion avec leurs hôtes. Les sujets sont très vite indiscrets mais les maladresses et les réponses évasives sont vite contournées par des réponses plus diplomatiques. Après le diner, Alastaïr est reçu par Aristarcus, certainement pour le compte-rendu officiel au sujet de l’enquête sur le vol de la dîme.

    Le lendemain matin, Arana se rend à la bibliothèque en vue de rendre les ouvrages empruntés et de négocier d’autres échanges. Elle obtient le prêt de différents sumae et textes de laboratoire et échange de certains de nos ouvrages. Cavilor, le bibliothécaire de Confluensis, lui remet également gracieusement un recueil de tractatus compilant chacun des ars sauf le vim.

    De son coté, Aliénor est reçue par Jérôme, ils abordent les questions d’échange de vis et d’autres ressources. Un accord est trouvé pour un échange d’une tour de Corpus contre une tour de Terram. Jérôme évoque également leurs besoins en fer et Aliénor lui promet de pouvoir leur en fournir d’ici le printemps prochain. Enfin est évoqué le futur Tribunal pour lequel Confluensis compte beaucoup sur les votes de Fons Luminis. De manière moins protocolaire, Jérôme s’interroge sur l’absence de Nennvial et insiste pour qu’elle contacte son parens Sapiens.

    Je découvre qu’un nouvel invité est présent, le mage Hebermann de Fenngelt de Bjornaer, étrange personnage hirsute et bougonnant, qui semble connaitre notre ami Aar. Il vient du Tribunal du Rhin pour rendre hommage à feue Renita de Bjornaer.

    Deuxième soir, nouveau diner officiel dans le grand hall. Le mage Hebermann y est présent également. Alastaïr s’absente à nouveau pour refaire son rapport, plus construit et par écrit cette fois, le premier n’aurai pas été convainquant ?

    Le lendemain est jour de conseil pour les mages de Confluensis. Les mages de Fons Luminis y sont invités, ils y rencontrent enfin Proctor, le Disceptator implacable de Confluensis et Quaesitor Praesidum du tribunal de Normandie. Il préside ce conseil avec hâte et autorité, les sujets défilent et sont votés avec aplomb et célérité. Nos trois mages envient quelque peu cette efficacité… et semblent en accord avec l’ensemble des sujets soulevés. Proctor évoque également le prochain vote du tribunal de Normandie au cour duquel sera élu le Praeco, les candidats potentiels semblent ne pas convenir et la présence d’une mage Monverte parmi eux est un réel danger. Il insiste sur l’intention de conserver l’équilibre des forces en présence en Normandie. L’approbation du code Perthien sera également à l’ordre du jour de ce tribunal, il serait bon qu’avec nos votes respectifs nous puissions le faire adopter. Proctor aborde aussi l’ombre inquiétante de la création d’un tribunal Lotharingien qui affaiblirai fortement le tribunal de Normandie, il nous demande d’enquêter et de lui faire parvenir la moindre information à ce sujet.
    Sont ainsi officialisés les accords verbaux évoqués plus tôt et les bases d’une collaboration fructueuse semblent actées. Enfin, une invitation officielle et permanente est faite à tous les mages de Fons Luminis leur permettant de séjourner et d’étudier à loisir à Confluensis.

    Nous quittons Confluensis le lendemain, accompagnés de Jérôme et d’un guerrier, avec qui nous ferons route jusqu’à Cadomo (Caen). Lors de note étape Baiocasse, à la Serpe d’or, Jérôme nous demande si nous serions prêts à accueillir de jeunes personnes à qui il fournit refuge. Ce sont souvent de jeunes nobles qu’il éloigne de leur famille pour les protéger et leur trouver un lieu plus stable. Nous acceptons et convenons d’un mot de passe à présenter lorsque ces jeunes réfugiés se présenterons à la colonne du voile: « J’adore le rôti de phoque à la salicorne ».

    Nous nous séparons à Cadomo et continuons notre route jusqu’à Fons Luminis.

    Gauvain

    #4084
    Stephano
    Participant

    Désolé mais je n’arrive pas à séparer les paragraphes… du coup c’est un peu indigeste comme ça.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 semaines et 6 jours par Stephano.
    #4087
    Dominus Mundi
    Maître des clés

    Pas de soucis ! Je vais le mettre en forme et le poster dans les carnets d’aventure. Merci et 5px pour toi.

    Et 3PX aussi pour tous les protagonistes de cette séance.

    #4091
    Celine
    Participant

    Merci Gogo, Merci Dodo !

    #4093
    Louise
    Participant

    Le mot de passe donnera même une idée de la gastronomie confluensienne.

    Il ne manque décidément rien à ce récit. Grand bravo sire Gauvain!

    Mes respects Dominus

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.