La Fête de l’Assomption à la Pommeraye

Le 15 aout 1030

Ave,

Arana de Verditius

Afin d’en savoir un peu plus sur les mœurs autochtones et pour soutenir mon bien-aimé dans sa quête légitime, je me suis rendue à la Pommeraye pour la fête de l’Assomption 1030 accompagnée :
d’Aslak de Jerbiton,
de mon bel Honoré de la Pommeraye, teinté de brun et rebaptisé Adriano Primo pour l’occasion,
de Yuna la Discrète,
d’Étienne, soldat du Thuit,
de Victor, homme de Gauvain fléau des Norrois,
et, bien sur, de mes fidèles servants Lucinia et Hagen.

Faber, en qualité de vavasseur du Bô, se rend également au domaine. Il apporte la rente et le retard accumulé.
Nous pourrons constater la bonne réputation du descendant de Cémentariis de Verditius auprès des vulgaires locaux.
C’est donc un bel attelage qui part du Bô au petit matin et rejoint le couvent de Saint Honorine pour le début des festivités.

Couvent de Sainte Honorine

Nous célébrons la messe dans la chapelle du couvent.
Le sermon du père Mathieu est particulièrement touchant puisqu’il revient sur la défaite du Maitre des Nuées et des valeureux qui en ont triomphé.
Une procession se met ensuite en branle pour rejoindre le domaine.

Un banquet a lieu dans l’enceinte du manoir de la Pommeraye. Seul Faber et Aslak y sont admis.
Avec eux sont attablés:
Finn Arnesson, le seigneur. Peu loquace.
Quentin, son fils de 8 ans.
Ils sont servis par Jacques de Beaupain. Le valet du seigneur. Âgé, il servait déjà le seigneur précédent, Hugues de la Pommeraye, le père d’Honoré.
Rolf, l’homme de main de Finn.
Erneis Tesson du Thuit, frère cadet du seigneur Raoul II. La mort de Raoul le vieux est annoncée. C’est son fils, qui gérait déjà les affaires de la baronnie, qui lui a succédé.
Eudes de Beauprès, sénéchal du Baron du Tesson. Il semble prendre Finn de haut.
Colin de Saint Rémy, Guy de Clécy et Faber du Bô, vavasseurs
Henry d’Aunay, vasseur d’Aunay sur Odon. C’est un vassal de l’évêque de Bayeux. Il a amené sa fille Clothilde avec lui. 14 ans, bien en chair, espérerait-il la marier à Finn, veuf depuis 1 an à peine? Celui-ci ne semble pas intéressé. Le montant de la dot fera-t-il pencher la balance ?

L’hommage vassalique a lieu ensuite et là, tous peuvent accéder à la cour du manoir. Les tréteaux du banquet ont été démontés et le fauteuil du seigneur apporté.
Le père Mathieu est là avec les reliques de la Sainte. En effet, Finn a fait beaucoup de dons au couvent depuis la mort de sa femme.
Pour que celle-ci puisse être ensevelie en terre consacrée malgré son suicide?
4 soldats rendent l’hommage à Finn. C’est tout à fait typique.

Finn Arnesson


Suit le paiement des rentes.
Pour le Bô, la rente et le retard sont payés en nature et en livres mythiques (LM). Une balance est amenée et la cassette est dûment pesée.
Le seigneur annonce les corvées de l’année. Pour le Bô, qui en était exempté jusqu’alors, ce sera l’entretien de la voie entre le Ru et Clécy.
La conscription réquisitionnera 5 hommes en âge de se battre.

Faber et Aslak sont alors convoqués à une audience.
Le seigneur fixe la taille, impôt ponctuel à la discrétion du suzerain: 5 LM en armes pour le printemps 1032
Il annonce que la rente du Bô est doublée et passe de 4 à 8 LM par an à verser en 2 fois.
Aslak tente d’enjôminer Finn et lui propose qu’on s’engage à acheter une partie de la production de cidre et réduire l’impôt.
Finn remet cette discussion au printemps prochain.
Cela nous laissera-t-il le temps de nous débarrasser de Rolf et de sa clique de brigands? La négociation ne se ferait plus sur la même base…

Dans l’après-midi, Yuna et Etienne repèrent une corneille mantelée qui survole le village. La fée de la cour d’hiver nous avait enjoint de suivre un tel animal pour trouver les brigands!

Corneille Mantelée

Cassius le ménestrel nous conte une histoire.
Permettez-moi de vous la livrer dans mon style:
En 1026, Guillaume de Bellême et Robert le Magnifique ont un différend.
En 1027, Robert monte sur le trône du duché. Guillaume s’y oppose.
En 1028, ce dernier perd bataille. L’un de ses fils meurt. Guillaume est puni et prononce l’hommage vassalique à Robert. (Vous pouvez lire l’intégralité  de l’histoire dans le forum : Saga : Histoires de Cassius le Ménestrel).

Le seigneur Finn écoute ensuite les doléances. Délicieusement folklorique, je puis vous l’assurer.

Cassius le Ménestrel

La famille Graindorge vient demander réparation de la disparition de leur fille. Le couple est très touchant mais Rolf les éconduit grossièrement.
Le père Rainier continue en rapportant que sa fille s’est fait violentée dans les bois près de Bonoeil. Elle est morte étranglée. Rolf met ça sur le compte du loup qui s’est établi dans la forêt.
Il annonce une grande battue le 20 septembre 1030. Il réclame 10 hommes par vavasseur et demandera l’aide de Tournebut.
Pour avoir vu ce loup de mes yeux plus tôt dans l’été, j’émets l’hypothèse que c’est un être magique.
Laisserons-nous des vulgaires toucher à une telle créature? Ne nous appartient-il pas, chers Sodalès, d’y faire face et de régler ce problème à notre manière? Nous avons jusqu’au 20 septembre pour méditer ces questions. De même, je doute de la culpabilité du loup pour la fille Rainier…

Le banquet du soir se met en place.
Nous y devisons avec Didier Gourdiau, le marchand de cidre à qui nous avons pris 5 tonneaux sous une fausse identité.
Le père de Didier est mort en 1025 d’une fièvre. Il racontait souvent une histoire difficile à croire pour les vulgaires: une corneille a fait pourrir toute la récolte de pommes en 1019.
Cet évènement a été suivi d’attaques de bandits sur le domaine. Ces catastrophes prirent fin quand, Hugues, ruiné, accepta de vendre son domaine et sa fille à Finn Arnesson.
Didier Gourdiau se révèle observateur puisqu’il confie à mon bien-aimé que Rolf reçoit un homme bizarre qui vient, depuis longtemps, à cheval, au manoir, à la brune.
Cet homme ne rencontre jamais Finn. Il est aisément reconnaissable car il a un œil gauche injecté de sang et un visage inquiétant.

Didier Gourdiot

Pour Didier, c’est certain, il menait les bandits à l’époque des pillages.

Durant tout ce temps, nos espions Yuna et Etienne ont repéré un homme qui semble avoir contact avec la corneille mantelée. Ils le suivent tout l’après-midi mais ne repèrent rien de particulier.
Au coucher du soleil pourtant, l’homme s’éloigne vers le cimetière et change soudain d’aspect: visage inquiétant et œil gauche injecté de sang!
A n’en pas douter, la fin d’un sort muto corpus de durée soleil, c’est un mage!
Le mage renégat recherché par Alastaïr de Guernicus?
Celui ci disparait aussitôt ayant repéré la pourtant très discrète Yuna.
Nos deux braves ne s’en tiennent pas là et rapportent avoir vu Rolf qui se rendait sur les lieux de la transformation et attendait, en vain, le mage.

La journée se termine par un conciliabule des plus singuliers entre Honoré et Jacques Lepré.

Jacques Lepré, valet de Finn Arnesson

Honoré, faisant fi des risques encourus, révèle sa véritable identité au vieux servant. Il lui confie également son projet de reprendre le domaine ou en tout cas de le débarrasser de Rolf et ses sbires.
Jacques, loin de condamner le jouvenceau, affirme alors avoir vu Rolf parler au maréchal ferrand qui a ferré le cheval avec lequel Hugues a eu un accident mortel en 1021. Il se déclare prêt à en témoigner.

Comme vous pouvez le constater cette journée a été riche en évènements et informations.

Invio distinti saluti,
Arana Botaniatès de Verditius