La Dimension Féerique

Bois féerique

Des connaissances approfondies sur ce sujet ne seront réservées qu’aux érudits possédant la compétence Connaissance de la Féerie.

Les êtres féeriques sont des créatures tirées d’une certaine façon de l’imagination du genre humain. Elles sont donc aussi variées et diverses que l’imaginaire des hommes et peuvent se rencontrer partout, depuis les profondeurs des terres sauvages jusqu’au centre des villes, des temples antiques ou des cathédrales les plus récentes. La dimension féerique est aussi variée et étrange que ses habitants, et comme toutes les choses féeriques, les apparences peuvent être trompeuses. Après l’aube, un tas d’or peut s’avérer n’être qu’un tas de feuilles mortes, tandis qu’une seule feuille de chêne peut contenir plus de pouvoir que le bâton enchanté d’un puissant mage.

Créatures Féeriques

La relation particulière que les êtres féeriques entretiennent avec l’humanité signifie que tous les êtres féeriques s’interessent aux gens. Cet interet peut être bénéfique, néfaste ou simplement étrange, mais il est toujours présent. La plupart des êtres féeriques jouent avec les humains. Ils ne veulent pas les corrompre bien que certains veulent les voir souffrir. D’autres vivent en imitant ou en parodiant les êtres humains, et réagissent à une intrusion humaine en fonction de leur rôle.

Les êtres féeriques ne peuvent changer ou créer sans l’aide des humains. Cependant un être féerique pourrait créer du vin d’un simple mot et modifier sa forme en un instant, puisque le vin est une transformation de quelque chose et que la forme d’un être féerique est essentiellement mutable. Il semble absolument vrai que les fées ne peuvent pas se reproduire, ni apprendre, sans assistance humaine, et dans ces domaines il n’est nullement question d’apparence.

Les créatures féeriques peuvent adopter toute dorme imaginable. Cela comprend paraitre come des versions supérieures d’animaux vulgaires, mais comprend aussi les géants, chimères et les humains ayant des traits animaux. Sachant que les fées sont générées par les rêves des hommes, il n’est pas rare les légendes concernant un lieu magique donnent lieu à une copie féerique semblable aux croyances des gens. Mais une fois qu’un être féerique existe, il ne changera pas en fonction des changements dans les croyances des hommes le concernant. Il est alors tout aussi réel qu’une autre créature et peut se développer, avec l’aide d’humains, de manière inattendue.

Auras Féeriques

Les lieux où règne la puissance féerique peuvent couvrir d’anciennes terres paiennes, concerner des moarques féeriques ou protéger des lieux de valeur. Il peuvent n’avoir que peu d’habitants puissants ou au contraire d’inombrables habitants de peu de pouvoir mais dont le nombre représente une force qu’il convient de respecter et d’éviter.

Les lieux féeriques aux auras les plus basses tendent à être peuplées de fées qui ne sont que gênantes, ou à peine utiles, et ne sont quasiment jamais capables de tuer qui que ce soit. De tels lieux sont fréquents là où les hommes vulgaires ont étendu leur influence. D’un autre côté, en partiiculier dans les zones rurales ou sauvages, existent des auras d’une puissance immense habitées par des fées qui peuvent se désirer plus haut qu’un clocher d’église ou secouer les fondations de la terre à volonté.

Les lieux où se trouvent des auras féeriques peuvent prendre autant de formes que leurs habitants. Ils peuvent contenir des arbres et des hiboux qui parlent, d’étranges lumières  la nuit, des yeux d’autres mondes épiant dans l’obscurité. Une aura peut dépasser les limites physiques de la localisation, en fonction des voyages de l’être féerique y résidant ou de son extension de pouvoir.

En dépit du danger, les mages prennent souvent le risque de pénétrer dans les auras féeriques de pouvoir magique. Ces lieux sont riches en vis, raison suffisante pour encourir bien des dangers.

Les auras féeriques tendent à verier en fonction de leur environnement. Ainsi une aura féerique habitée par des nobles fées de la Cour de Lumière aurait une puissance réduite pendant l’hiver et la nuit. Mais elle atteindrait l’apogée de sa puissance lors des journées d’été ensoeillées. Une aura habitée par des mineurs féeriques perdrait de sa puissance s’il n’y avait plus de mineurs dans les environs, mais elle la retrouverait si une mine était ouverte.

Source des Auras féeriques

Les auras féeriques peuvent être générées par la présence de fées ou par l’utilisation de pouvoirs féeriques, de la même manière que les auras magiques ou infernales. Les auras féeriques peuvent aussi naitre quand des histoires sont contées à propos d’un lieu. La puissance de l’aura dépend alors de la popularité et du nombre de contes, mais aussi de ce qui se trouve réellement dans ce lieu. Par exemple, beaucoup de monde en Europe raconte des histoires merveilleuses sur Constantinople, mais comme cette ville est remplie de gens et d’églises, ces histoires n’y ont pas créées d’auras féeriques. En revanche, les histoires relatives aux étranges créatures qui hantent le fin fond d’une forêt créent souvent des auras féeriques, puisque personne ne vit dans cette forêt pour penser le contraire. LA combinaison de ces effets implique que les auras féeriques se trouvent souvent dans des régions reculées, alors même que les fées dépendent, en un sens, des êtres humains.

Les auras féeriques tendent à atteindre des niveaux plus élevées que celles des autres dimensions, puisque les deux facteurs se renforcent. Les fées pésentes à un endroit tendent à inspirer des histoires à son sujet, ce qui renforce l’aura et attire des êtres féeriques de plus en plus puissants, qui à leur tour inspirent d’autres contes.

L’Arcadie

Les sites féeriques les plus puissants abritent parfois des portes vers l’Arcadie, le monde des fées. LEs mortels ne sont pas à leur place en Arcadie et ceux qui s’y rendent manquent souvent d’en revenir. Quand ils reviennent, ils peuvent se rendre compte d’une journée en Arcadie valait une annéen voire dix ou cent, ou alors seulement une minute, dans le monde vulgaire. L’Arcadie peut être décrite comme le pays où les contes sont réalité. L’impossible ville pavée d’or ou l’immense forêt peuplée d’animaux parlants, se trouvent en Arcadie. Toute chose joue son rôle dans une histoire ou l’autre, et tous les contes se trouvent réalisés en Arcadie.