Chapitre 6.1 : La vie de Custofonus Coruscent de Criamon

Voici le récit de ma communication télépathique avec Custofonus le fantôme dans la caverne de la fontaine scintillante.Nous connaissons désormais le passé de Fons Luminis et en comprenons les enjeux.
Je suis désormais son héritière en assumant la charge de gardienne de la Fontaine Scintillante et je vous demande pour l’instant de ne pas divulguer ces précieuses informations. Puis-je vous faire confiance?!
Magiquement vôtre…
Nennvial de Criamon

La Fontaine Scintillante

Custofonus est né en 772, 5 ans seulement après la fondation de l’Ordre d’Hermès, et rejoint la Domus Magna de Criamon dès son plus jeune âge pour devenir l’apprenti du fondateur de la Maison. En 801, quelques années après avoir passé son gant, il partit à la recherche d’un puissant artefact que son parens avait vu dans ses dernières visions crépusculaires. En 815, il trouva la caverne de la fontaine scintillante et sa gardienne et oracle. En effet, l’eau de la fontaine permet de voir l’avenir et l’oracle est là pour les interpréter. Mais, grâce à sa solide formation en intellego Vim, Custofonus décela la présence du malin. En sondant l’oracle, il découvrit qu’elle était en fait Premnenosyne, une démone fausse prophétesse qui orientait l’avenir de ses visiteurs vers des actes mauvais, vils et destructeurs. Elle servait ainsi son maitre Forcas, le Duc de la Duperie, un puissant démon des enfers qui créa la Fontaine Scintillante et la nimba d’une aura magique pour masquer sa nature infernale.
C’est alors que Custofonus prit la décision la plus importante de sa vie. Persuadé que la fontaine pouvait en effet prédire l’avenir, il investit toute son énergie et tout son temps pour trouver un moyen d’évincer la démone et ainsi prendre le contrôle de l’artefact. Beaucoup de ses sodales dans l’ordre d’Hermès auraient considéré ce projet comme une folie, voire une hérésie car défier les enfers revient toujours à prendre le risque de pactiser avec le Diable. C’est pour cette raison qu’il maintint un grand secret autour de la fontaine.

Mormool de Merinita

Il en parla tout de même à deux de ses amis de l’ordre, Mormool de Merinita et Cementariis de Verditius, qui acceptèrent de le suivre dans cette aventure et le rejoignirent pour fonder l’alliance de Fons Luminis en 822. Mormool consacra les premières années à concevoir et mettre en place le Voile des Enigmes qui protégerait la Fontaine du monde des Vulgaires, ou plutôt les vulgaires de l’influence de la Fontaine. Cementariis construisit la Domus et organisa la Turbula.
Custofonus commença des recherches pour prendre le contrôle de la fausse prophétesse. Après 15 ans d’études (incluant un voyage en Italie), il réussit à invoquer l’aspect de Lasa Vegoia la Matrone (un Daimon selon la terminologie hermétique), une puissante nymphe qui était vénéré par les étrusques pendant l’antiquité. Celle-ci accepta de lui enseigner un sortilège qui permettrait de transformer la prophétesse en une chimère de sa nature démoniaque et d’un puissant élémentaire de l’eau issu de la nature même de Vegoia. Cette mutation aurait pour conséquence directe de couper la démone de la dimension infernale et de son allégeance à Forcas, son duc aux enfers.
Le mage filius de Criamon réussit ce tour de force en 834, 19 ans après sa découverte de la fontaine. Il prit le contrôle de cette nouvelle créature qu’il nomma Lymphéa et en fit son familier quelques temps plus tard. Désormais, il pourrait étudier la Fontaine et interpréter les prophéties sans craindre d’être dupé par Satan et tous les diables.

Lymphéa

C’est ainsi qu’il prédit les famines et les épidémies qui commencèrent à frapper la région à partir de 848. En prévention, il s’employa à rendre les terres de l’alliance les plus fertiles possibles en utilisant les pouvoirs de Lymphéa sur l’eau. Elle assécha le marais et l’irrigua par des petits canaux dérivés de l’Olena. Cementariis, construisit le moulin à eau et des outils magiques rendant les récoltes plus faciles pour les servants de l’alliance. Mormool se consacrait plutôt aux relations extérieures, entretenant des alliances avec le peuple des fées des regios alentours et avec les druides issus des croyances celtes et gauloises, encore nombreux dans la région.
Mais tous ces efforts n’empêchèrent pas des milliers de vulgaires de mourir de faim et de maladie dans tout le pays du Cinglais et au-delà. Bien que Fons Luminis ait été quelque peu préservée, les mages ne pouvaient se résoudre à laisser faire ce funeste destin. Les fléaux que subissait la région devenaient de plus en plus fréquents et destructeurs. Pour beaucoup, ils étaient les sept signes annonciateurs de l’apocalypse.
En 870, dans une nouvelle révélation de la Fontaine Scintillante, Custofonus découvrit que le fléau qui frappait la région provenait d’un démon, Abbadon le Destructeur. Les trois mages s’employèrent alors à le trouver pour le combattre. Mormool trouva un allié de poids en la personne de Dilinwyr, l’un des derniers druides. Cet héritier des Dieux gaulois et de leurs dévots, bien que marginalisé par l’avènement du christianisme, était un puissant thaumaturge. Bien que très méfiant à l’égard de l’Ordre Hermétique, il finit par accepter de coopérer avec Fons Luminis pour le bien de son pays. Son apport fut primordial car il allait permettre d’emprisonner le Prince démoniaque en activant les puissantes forces telluriques présentes autour d’un regio féerique appelé les Chênes Parlants. Il fit dresser 3 colonnes de pierres enchantées par ses soins qui serviraient d’ancres pour maintenir le démon emprisonné sous terre. (La puissance de leur ennemi était telle qu’ils ne conçurent même pas l’espoir de le détruire). Mormool s’employa à convaincre la cour féerique des Chênes Parlants de permettre l’emprisonnement d’Abbadon sous leur territoire.
Finalement en 888, les mages obligèrent le démon à se révéler et l’attirèrent jusqu’aux chênes parlants. Là ils l’affaiblirent suffisamment pour l’emprisonner. Mais cette lutte titanesque ne fut pas sans conséquence. Mormool mourut pendant l’affrontement et Custofonus fut mortellement blessé. Dilinwyr l’aida à aller jusqu’à la caverne de la Fontaine scintillante où il agonisa pendant des jours car il ne pouvait se résoudre à laisser Fons Luminis et Lymphéa sans gardien. Cementariis et Dilinwyr vinrent tous deux recueillir ses dernières volontés mais les deux hommes ne s’étaient jamais appréciés et Cementariis reprocha violemment à Dilinwyr d’avoir survécu tandis que ses deux sodales, ses chers amis, mourraient. Il n’écouta pas Custofonus qui voulaient que l’alliance perdure après sa mort. Il n’accepta pas de faire de Dilinwyr un mage de l’Ordre d’Hermès et donc un membre de l’alliance. Dès que Custofonus rendit son dernier souffle, Cementariis chassa

Cementariis de Verditius

Dilinwyr et toute la turbula de Fons luminis ne gardant que son fils ainé à ses côtés. Est-ce la tristesse incommensurable d’avoir perdu ses amis qui lui fit perdre la raison ou l’influence corruptrice d’Abaddon qui l’empêcha de faire son devoir en assurant la garde de la fontaine ? Toujours est-il que l’alliance périclita dans des circonstances que lui seul pourrait relater avec précision.
Custofonus, une fois mort, ne quitta pas la dimension vulgaire. Trop attaché à son devoir de gardien de la fontaine, son fantôme resta pour continuer sa mission en attendant de trouver un héritier. C’est ainsi qu’il jeta des visions inlassablement, telles des bouteilles à la mer, autour de la caverne en espérant qu’un jour elles seraient perçues.
C’est ce qui arriva finalement, le premier jour du mois de septembre de l’an 1026 lorsque Graccus Sapiens de Criamon, faisant pèlerinage jusqu’au Mont Saint Michel, passa non loin de Fons Luminis. Cette première vision inaugura toute la série qui allait suivre et déboucha sur la requête que Graccus fit au tribunal de Normandie en 1028 (Cf. introduction in Saga).