Accueil Forums Règles Parma Magica et résistance magique : Besoin d’éclaircissement

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #831
    PaulPaul
    Participant

    Bonjour fidèles troubadours,

    3 petiotes questions:

    J’ai besoin d’informations concernant la parma magica. A ce que j’ai compris on peut la partager le matin avec son compagnon. Doit on avoir créé un lien avec? Est ce seulement la parma magica ou les formes aussi sont elles aussi pris en compte durant le transfert?

    Autre question L’aura de Fons Luminis donnant une augmentation de notre pouvoir, concerne t’elle la résistance au sort?

    Pouvons nous esquiver un sort d’attaque (type boule de feu) ou n’y a t’il que que la résistance magique et l’encaissement? Du style le sort Pillum de feu (du lancer de sorts multiples) pouvons nous l’esquiver?

    Merci à vous pour vos réponses

    Paul

    #832
    Dominus MundiDominus Mundi
    Maître des clés

    Pour la parma magica, va voir l’article suivant : http://fonsluminis.ovh/magie-lancement-de-sort/
    L’aura magique donne un bonus au total de lancement de sort et au total de laboratoire. Cela ne concerne pas la résistance magique.
    Pour la troisième question, rien n’indique que tu peux esquiver un sort, donc je dirais non. Mais c’est une question que je me pose également et je vais approfondir la question.

    #858
    patchopatcho
    Maître des clés

    Si je peux me permettre de contribuer à la réflexion :
    Dans les règles on ne parle pas d’esquiver un sort mais il est prévu de réussir à le contrer magiquement.
    (Page 134/135 du bouquin pour ceux qui peuvent le consulter)
    Il faut pour cela réussir à lancer un ‘contresort’ en incantation rapide (-10).
    Mais pour que le ‘contresort’ soit efficace il faut savoir ce que l’on contre. Donc déterminer la forme de l’effet magique à contrer. (Perception+Attention contre 15 – magnitude).
    Il est écrit page 135 qu’en général un sort de la moitié du niveau suffit à se protéger ou protéger autrui.
    La seule chose que les règles ne précisent pas c’est quel sort on peut lancer pour contrer un autre sort.

    J’ai trouvé un gars sur le net qui apporte un début de réponse pas idiote :
    Reflexion sur les Sorts Rapides et Contre-Sorts pour Ars Magica 5ème édition

    En gros il faut lancer un sort Perdo ou Rego ou même Muto de la même forme que celle que l’on veut contrer.
    Ensuite soit on à la chance de maitriser (pour la rapidité) un sort formel de protection générique de la forme qui va bien. (Il faut en maitriser 9 pour être peinard).
    Soit on le tente en magie spontanée, mais c’est plus dur.

    Le gars dans l’article semble ne pas vouloir autoriser pour ses joueurs un sort perdo/vim qui marcherait pour tout. Trop fastoche !

    Au final ça va encore être au tout puissant de trancher.

    #906
    Dominus MundiDominus Mundi
    Maître des clés

    Voici ce que je comprends des règles p134-135 sur l’incantation rapide :
    pour lancer un sort en incantation rapide il y a deux solutions : soit on maitrise un sort formel connu avec la capacité spéciale « incantation rapide », soit on lance un sort spontané.

    L’incantation rapide sert à réagir face à un effet de sort, une attaque ou un autre événement surprenant.
    1- je fais un jet de Vivacité + finesse contre une difficulté égale au total d’initiative de l’auteur de l’agression. Si je réussis je peux faire mon incantation rapide.
    2- si je fais une incantation rapide pour contrer un sort, il faut que je détermine la forme de ce sort. Je fais alors un jet de Perception + Attention contre une difficulté dépendant des circonstances visuelles et auditives (est-ce-que je vois et j’entends bien le lanceur du sort ?). Si le lanceur utilise une incantation statique et/ou silencieuse, je dois faire un jet de perception + attention contre une difficulté de 15 – la magnitude du sort (niv/5).
    3- je lance un dé de tension pour calculer mon total de lancement en y soustrayant 10 à cause de l’incantation rapide et en cas de désastre je jetterais deux dés de désastre supplémentaires.
    4- si le total de lancement de mon incantation rapide est égale à la moitié du niveau du sort d’attaque, je peux protéger un individu (moi ou un autre) de ce sort en le déviant. Si le total de lancement est égal ou supérieur, je neutralise complètement le sort.

    Exemple : Kaldeho lance Pilum de feu (niv20) sur Aslak. Au moment de l’incantation de Kaldeho, Aslak n’a pas encore agit pendant ce tour et peut donc tenter de contrer son sort.
    1-Il fait un jet de Vivacité + finesse avec une difficulté égale au Total d’initiative de Kaldeho qui est de 10. Il réussit en obtenant 10.
    2-Il fait un jet de Perception + attention difficulté 6 (facile) car il fait jour et il n’y a pas de bruit. Aslak fait 8 et réussit donc à identifier la forme hermétique du sort (créo ignem). Il jette un dé pour calculer son total de lancement en créo ignem. Il obtient un total de 40 qu’il divise par 2 car c’est de la magie spontanée, donc 20. Il soustraie ensuite 10 pour l’incantation rapide. Le total est donc de 10, c’est à dire la moitié du niveau de Pilum de Feu. Aslak réussit donc à dévier le pilum de sa trajectoire et ne subit donc pas les dégâts.

    Exemple : Godevin se fait charger par Koria qui va le frapper avec son épée. N’ayant pas encore agi, il veut lancer une incantation rapide d’un sort qu’il connait, qu’il maitrise au rang 1 et pour lequel il a choisi la capacité spéciale « incantation rapide ». Ce sort est « Fer souple et corde rigide » qu’il a étudié en laboratoire pour inventer une version plus puissante dont la portée est « Voix ». Le niveau de ce sort est donc de 15 (et non de 10 dans la version p231 où la portée est « toucher »).
    1- Il fait un jet de vivacité + Finesse difficulté 12 (le total de lancement du mercenaire). Il réussit avec un résultat de 12 pile.
    2- Il jette un dé de tension pour calculer son total de lancement en y ajoutant 1 (rang de maitrise du sort) et obtient 30. Il retranche 10 pour l’incantation rapide, soit 20 ce qui est supérieur au niveau du sort (15).
    Juste avant que l’épée n’atteigne Godevin, le fer qui compose sa lame devient souple comme une corde. Je décide de diviser par 2 les dégâts occasionnés par le coup.

    Qu’en pensez-vous ?

    #917
    patchopatcho
    Maître des clés

    Oui cela semble être cela.
    La seule chose qui reste un peu floue dans ces pages c’est quelle technique et quel forme pour contrer un sort.
    Pour contrer un Pilum de Feu (Creo Ignem) avec un sort spontané ne faudrait-il pas plutôt imaginer du Rego-Ignem ou du Perdo Ignem ?
    Peut-on dans ce cas tout contrer avec du Rego Virtum ?
    Et même chose pour l’invention de sorts formels maitrisés en incantation rapide.
    Peut-on imaginer un sort Perdo-Ignem générique pour contrer les hystériques flambeau qui enflamment avant de réfléchir ?
    Et dans ce cas un sort un sort Rego ou Perdo Virtum me paraitrai plausible mais super Grosbill (Ou O.P ou abusey pour les jeunes générations).

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.