Accueil Forums Carnets D’aventures La colline du Cornu Répondre à : La colline du Cornu

#3811
AlissonAlisson
Participant

Chers mages, avant de nous rendre sur la Colline du Cornu, je vous invite à écouter ces conseils si nous espérons y rencontrer Kofa.
La Colline du Cornu, j’en connais des bribes, d’où je viens le Culte de Cernunnos est encore très présent, ses temps, ses célébrations et adorateurs et dans ma langue les histoires se perpétuent et se transmettent encore auprès de nos descendants.

Ce site féérique, un régio, est un ancien temple dédié à Cernunnos, le Dieu Cornu, divinité Celte de la fertilité, de la régénération et des cycles de la vie, de la germination jusqu’au dépérissement. Dans la Gaule, on l’idolâtre comme le Dieu des Forets, de la nature et  des animaux. On le représente comme un homme tantôt jeune et vigoureux, tantôt barbu et vieillissant, arborant des bois de cervidés, souvent accompagné d’un cerf.
Quand j’étais petite, à l’instar des Banshees et leurs cris présages de mort, on racontait que lorsque l’on entendait le brame du cerf dans nuit, c’était le dieu cornu qui annonçait votre mort prochaine.
Extrêmement populaire et vénéré, chez les Celtes et les Gaulois,son culte est aujourd’hui caché car il fut, et l’est encore, un obstacle considérable à l’expansion du christianisme.

Ce temple fut un important  lieu de pèlerinage, qui semble avoir périclité à la fin de l’Antiquité.
Gilles de Condeth, qui en est le gardien, n’a pas l’air de savoir grand-chose du passé du lieu, ni même de Cernunnos en lui-même. Il sait que ses terres sont fertiles et la nature luxuriante car il entretient la croyance auprès des siens et des rares visiteurs.
Son père a reçu ces terres en bénéfice par la famille Tournebut mais les Condeth habitent ici depuis des lustres.

Kofa est selon toute vraisemblance l’incarnation terrestre de Cernnunos tout du moins son représentant. Son compagnon Mawredd un grand cerf, évoqué par Gilles ne fait que conforter cette certitude.
Il est donc impératif de faire preuve d’une grande déférence à son égard, bien plus que devant la Cour d’Ombres, nous aurons affaire à l’incarnation d’une divinité.
Sa vénération se traduit par des offrandes, chacun devra apporter une offrande symbole de la fertilité, de renaissance, de la nature. De la nourriture, par exemple, Cernunnos étant associé aux récoltes et à l’abondance, lors des célébrations il est coutume d’apporter le dernier lait ou le dernier grain pour la saison à venir.

Cette fête du solstice d’été, qui se déroule tous les ans, et qui marque la fin du cycle de Cernunnos (on dit qu’en tant que dieu de la régénération, il apparait au solstice d’hiver, se marie à Beltane, commencement de l’été, et meurt au solstice d’été) doit être relativement secrète. Comme je l’évoquais tout à l’heure, les autorités ecclésiastiques sont de plus en plus enclines à interdire ce genre de manifestations et à pourchasser ses adorateurs.
Nous devons faire preuve de la plus grande discrétion.