Accueil Forums Carnets D’aventures La mine de fer ou, les narines du Diable. Répondre à : La mine de fer ou, les narines du Diable.

#1670
ChristopheChristophe
Participant

le 15 mars 1031 notre troupe est à nouveau sur le départ pour la Mine.

A ma plus grande satisfaction, Gauvain s’est remis de ses blessures et peut donc nous accompagner à la tête de son groupe de vaillants mercenaires.

J’accompagne Khaldeo, Aslak, son frère jumeau Eldir, Yuna, Mektilde, Faber et des ouvriers servants et Glen compagnon d’Aliénor qu’elle nous a présenté une fois revenue de son voyage. Aliénor nous explique avoir rencontré Glen, marchand ambulant me semble-t-il, sur le chemin en compagnie d’un de ses ami Jean Michmich Falafel (où un nom comme cela) cuisinier de métier.

Un vif débat eut lieu entre nous avant notre départ, lors d’un conseil restreint, pour savoir si la guerre avec les Gobelins était inéluctable. L’idée d’aider les Gobelins rebelles en délivrant dans un 1er temps leur chef captif, leur héro pris au piège dans un stalactite ou un stalagmite d’ailleurs, semble avoir été retenue.

Nous prîmes ainsi le chemin de la Mine en direction du mont de Vêpre.
Nous passâmes par la ferme des Gesnières pour poursuivre jusqu’au hameau de la Mousse (nom donné par la présence de verdure moussue recouvrant les rares maisons).
Quittant le chemin principal, nous empruntâmes une sente pentue pour atteindre le mont de Vêpre et arrivâmes à l’entrée de la Mine, les Narines du Diable, reconnaissante par ses 2 entrées rocheuses. Nous distinguons toujours la fumée s’échappant du haut du coteau provenant de la forge d’Orpee le Duergar.

Nous pénétrâmes dans le 1er couloir pour arriver dans la 1ère salle. Nous retrouvâmes le cadavre de l’ourson qui n’a pas survécu à l’absence de sa mère.
Les ouvriers servants s’établirent déjà dans les lieux pour débuter le travail d’extraction du minerai de fer.
Nous poursuivîmes jusqu’à la salle d’où plonge le gouffre de 15 m de profondeur servant de passage pour le niveau inférieur. Nous descendîmes tant bien que mal. Nous discernâmes à la lumière de nos torches et lanternes le petit Chêne sculpté dans la pierre puis la troupe de Gobelins rebelles et leur chef Cerigin vinrent à nous.

Tout excité, Cerigin a hâte d’en découdre avec ses congénères de l’autre côté de la Grille donnant accès au Royaume Gobelin avec à sa tête le roi Chakar. Néanmoins, il sembla attendre notre initiative sans trop savoir comment faire lui-même.

Après avoir examiné la Grille, nous bloquâmes devant sa serrure particulière dotée de rouages complexes, son enchantement magique. Pas de solution immédiate pour l’ouvrir ni la contourner !
Nous décidâmes donc de prendre par surprise les prochains Gobelins qui viendraient récupérer, dans le groupe de rebelles déchus, l’heureux désigné volontaire devant servir d’offrande sacrificielle au Grand Ver , Dieu du Royaume semblerait-il.
Cerigin nous avertit que la prochaine venue des Gobelins ne devrait plus tarder.

Toute lumière éteinte, nous nous disposâmes de part et d’autre de l’entrée du couloir qui mène à la Grille et attendîmes avec la plus grande discrétion la venue des Gobelins.
Au son des pas, nous devinâmes l’arrivée des Gobelins qui ouvrirent la grille et s’avancèrent au bout du couloir à l’entrée de la salle.
Cérigin hurla et nous fondîmes sur eux sans crier gare, toute lumière allumée ! Du moins, les plus valeureux au combat guerrier. Khaldeo en consuma une bonne part, nos hommes de mains ayant fait le reste.

Les 4 Gobelins morts, nous n’eûmes pas le temps de réagir avant la fermeture de la grille, à nouveau confrontés à régler ce problème.
Nous remarquâmes sur les Gobelins occis, leurs doigts en forme de clé spéciale devant servir à ouvrir la serrure de la grille. En utilisant les doigts coupés, rien n’y fit et cette grille resta fermée.
Khaldeo, Faber et Eldir utilisèrent la manière forte par le feu et la force des armes. La grille céda.

Nous avançâmes ainsi au bout de la 2ème partie de couloir arrivant au seuil d’une salle que nous devinons, sans y entrer, immense d’au moins 300m de diamètre et très haute.
Nous discernâmes au bout d’un certain temps d’adaptation visuelle, au centre de la salle, ce qui sembleraient être une stalagmite surplombée d’une stalactite avec le corps d’un gobelin enchâssé dans la matière.

Mektilde et Aslak nous somment de ne pas bouger et de ne surtout pas rentrer dans la salle !

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 7 mois par Dominus MundiDominus Mundi.
  • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 6 mois par ChristopheChristophe.