Accueil Forums Carnets D’aventures Les Histoires de Cassius le Menestrel Répondre à : Les Histoires de Cassius le Menestrel

#1528
Dominus MundiDominus Mundi
Maître des clés

La Fin du Maitre des Nuées

« Oyez Oyez braves gens et douces gentes ! Venez écouter l’incroyable histoire du maitre des Nuées et de la façon dont il fut détruit !
Je faisais halte pour la nuit au Couvent de Ste Honorine, quelques jours après la Saint Jean en cet an de grâce 1030. J’y fis la connaissance d’Adeline Bérangère, la fille batarde du Seigneur de Tournebut qui tient la fameuse vénerie du domaine. Elle était accompagnée de son fidèle Angus Sanglé, l’éleveur de chiens et d’un curieux et sauvage malandrin à qui je n’aurais pas donné Dieu même après une confession.
Dehors un formidable orage faisait trembler les murs du monastère tandis que je vis la damoiselle sympathiser avec un fol érudit à l’accent sarthois et un drôle de moine sans croix venu d’encore plus loin. D’après ce que je compris de leurs conversations, Dieu (ou le destin) avait réuni cet étrange attelage ici en cette nuit de tempête pour vaincre le Maitre des Nuées. Connaissez-vous cette légende qui parle d’un cavalier noir descendant du ciel nimbé d’éclairs et qui parcourt le pays en tuant ou brûlant tout ce qui se trouve sur son passage ?! Oui évidemment ! Ou alors c’est que vous n’êtes pas d’ici, pour sûr !
Bref, Alors que l’aube commençait à pointer après une nuit pendant laquelle les coups de tonnerre incessants nous empêchèrent de dormir, je vis partir d’un seul tenant ce curieux attelage . Ils rejoignirent une troupe de mercenaires cantonnés à l’extérieur du couvent et partirent vers le nord, en direction des éclairs. Je ne les revis que le lendemain soir portant deux blessés graves à l’attention des sœurs hospitalières. Dame Adeline accepta alors de me raconter leur aventure tandis que son frère gisait mort dans la grande église du couvent.
Ils poursuivirent l’orage jusqu’à l’arbre des Amoureux où ils trouvèrent la première victime du Seigneur des Nuées, Josselin, le fils ainé de Thomas le Pieux de Tournebut, qui mourut dans les bras de sa demi-sœur. Puis suivant les traces enflammées du destrier maudit, ils se rendirent à Esson pour découvrir une deuxième victime en la personne de Marie Dubois qui fut sacrée Reine de Mai au Thuit 1 mois plus tôt. Elle avait été frappée par le démon et rendue folle par sa vision tandis que les villageois s’étaient réfugiés dans l’église. Les pas du cheval des enfers les mena jusqu’aux abords de Tournebut. Là ils furent attaqué par le cavalier qui pourfendit l’un de leurs mercenaires avant de reprendre sa course folle jusqu’au château de Thomas le Pieux. N’écoutant que leur bravoure, ils continuèrent leur poursuite et découvrirent le fort en proie aux flammes tandis que le Seigneur des Nuées tournait autour appelant le Sieur de Tournebut à sortir pour le combattre. Alors que notre hétéroclite attelage s’apprêtait à l’affronter de nouveau quitte à en mourir, Sainte Honorine elle-même apparut tel un fantôme et lui fit prendre la fuite.
Nos héros le poursuivirent jusque dans la forêt au nord d’Ussy et finirent par le débusquer en haut d’une colline assiégée par la foudre. Le Combat s’engagea et le démon fut vaincu après une bataille épique et sanglante. Adeline Bérangère et Angus dont le fils unique fut victime du cavalier infernal bien des années auparavant, se vengèrent ainsi doublement avec l’aide de ces étranges inconnus que Dieu et Sainte Honorine avaient mis sur leur chemin.
En conclusion à cette tragique histoire, je me permets de vous soumettre une petite morale. Je ne suis qu’un petit ménestrel sans prétention et il ne m’appartient nullement de commander à quiconque comment mener sa vie. Mais je tiens tout de même à dire ceci : La bravoure n’est pas une qualité réservée aux grands de ce monde. Elle peut naitre dans n’importe quelle âme, du plus valeureux chevalier jusqu’au plus humble des gueux. Il suffit de prier Notre Seigneur et d’obéir à ses commandements sans rien demander en retour. Peut-être qu’un jour prochain, Il choisira l’un de nous pour accomplir sa volonté, comme il le fit avec cet étrange attelage qui renvoya le Seigneur des Nuées dans les abysses infernales. Alors, soyons à l’écoute des voix du Très Haut et tenons-nous prêts, nous aussi, à vivre une grande aventure ! Car en vérité je vous le dis : les voix du Seigneur sont impénétrables ! Amen ! »

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 7 mois par Dominus MundiDominus Mundi.